Méfiez-vous des médicaments chimiques !

• Laisser un commentaire

Cela fait 40 ans que je tente d’informer le public sur les dangers des médicaments chimiques. Puisque la mode est à l’indignation, indignons-nous, mais surtout agissons.

1 – Les médicaments chimiques sont des molécules artificielles qui ne sont pas « reconnues » par le métabolisme et ne peuvent donc s’y insérer. Ce sont des substances étrangères qui, comme des grains de sable dans un engrenage délicat, ne peuvent que bloquer et inhiber, mais jamais faciliter : vous avez entendu parler des béta bloquants, des inhibiteurs de l’enzyme de conversion, des inhibiteurs des canaux calciques, des inhibiteurs de la cycloxygénase etc, etc. Mais il n’y a aucun « facilitateur »!
C’est comme si nous voulions réparer notre ordinateur avec des pièces détachées qui proviendraient de notre voiture !

2 – Les médicaments chimiques ne guérissent pas les maladies, ils les « gèrent » en atténuant les symptômes, sans modifier la progression de la maladie. On vous dit bien que votre médicament « c’est pour la vie ! » Un antidiabétique n’agit pas sur la maladie mais seulement sur le taux de sucre dans le sang. De même pour un anti-hypertenseur.

3 – Parce qu’ils sont étrangers à l’organisme, les médicaments chimiques sont toujours accompagnés d’une cohorte d’effets secondaires plus ou moins graves. Ils agissent aveuglément en divers points du métabolisme et les effets favorables comme les effets indésirables sont dus au hasard. En outre, comme les molécules chimiques sont dégradées par le foie, la grande majorité des médicaments chimiques sont hépatotoxiques. La liste est déjà longue des médicaments qui ont dû être retirés du marché en catastrophe. Les plus dangereux étant les anti-inflammatoires, les hypocholestérolémiants, les vasodilatateurs et les psychotropes. Je donne une mention spéciale aux statines, utilisées à tort pour lutter contre le cholestérol mais qui augmentent le risque de mortalité par cancer et entraînent une forte toxicité musculaire. En France, l’Agence du médicament commence à s’affoler et a déjà établie une liste provisoire de 76 médicaments potentiellement dangereux.

4 – La chimie n’est donc pas la bonne réponse pour lutter contre les maladies. Seules les molécules naturelles et nutritionnelles sont assimilées par le métabolisme et sont donc capables de le corriger. A l’exception des maladies infectieuses qui sont dues à des parasites externes qu’il convient d’éliminer, les autres maladies sont des maladies internes du métabolisme. La maladie est en fait une lésion ou un déséquilibre métabolique que l’on ne peut corriger qu’avec des molécules naturelles et nutritionnelles.

5 – L’industrie pharmaceutique persiste dans la voie sans issue de la recherche chimique, tout simplement parce que les molécules chimiques peuvent être brevetées tandis que les molécules naturelles appartiennent à tout le monde. Par conséquent, la recherche pharmaceutique va consister à créer sans cesse de nouvelles molécules ; parfois il s’agit de dérivés de molécules naturelles, modifiées pour les rendre brevetables. Mais la molécule modifiée est généralement beaucoup moins efficace et en outre elle est toxique !

6 – Par ailleurs, il existe un grand nombre de molécules naturelles efficaces et bon marché pour lutter contre la majorité de nos maladies du métabolisme. Malgré une multitude de publications scientifiques, ces produits n’intéressent pas le corps médical car ils ne rapportent rien et sont l’objet d’un ostracisme de la part des autorités de santé qui, sous l’influence de l’industrie pharmaceutique, ne jure que par la chimie. En outre, les patients suivent trop aveuglément les prescriptions médicales, établies par un corps médical mal informé.

7 – Si demain quelqu’un découvre un produit naturel efficace, bon marché et sans toxicité pour lutter contre le cancer, il n’a absolument aucune chance d’intéresser qui que ce soit. Le pire étant qu’il soit bon marché !
Voilà comment la surconsommation médicamenteuse est devenue un vrai problème de santé publique. La pollution médicamenteuse est la deuxième cause de mortalité. Je plaide donc pour que chacun comprenne qu’il est son premier médecin et qu’il est le premier responsable de sa santé, avant qui que ce soit ! Hormis les anti-infectieux, les médicaments chimiques réellement utiles pour la santé se comptent sur les doigts des deux mains. Quelques remèdes d’urgence ou de confort et c’est tout.

Mais le poids de l’industrie pharmaceutique est tel que celle-ci a fait croire aux médecins et au public de l’utilité des médicaments chimiques qu’elle propose, comme en son temps l’Eglise a fait croire en l’importance d’aller à confesse chaque semaine !

Il est donc important de voir avec votre médecin si les médicaments qu’il vous prescrit éventuellement sont réellement indispensables. Certains médicaments chimiques contre l’hypertension par exemple, ou contre certaines formes de diabète, peuvent être indispensables. Il faut bien sûr faire preuve de bon sens.

Remarque : Pour ceux qui veulent prendre leur santé en main, je me permets de signaler un de mes derniers livres : « Rester jeune et en bonne santé », dans lequel vous trouverez des explications précises et concrètes.

« Ce que la nature produit en nous de bon et de salutaire, c’est le privilège de la médecine de se l’attribuer ». Montaigne

VN:F [1.9.22_1171]
Avis des internautes : 0.0/5 (0 votes)
Cet article a été publié dans Les rendez-vous santé de Chantal et Yves PONROY et tagué , .