Les phospholipides cérébraux : les aliments du cerveau

• Laisser un commentaire

Le cerveau contient 25% de phospholipides spécifiques qui jouent un rôle métabolique considérable. Ces molécules complexes sont les principaux constituants des membranes biologiques qui régulent les échanges et les communications entre les cellules et à l’intérieur de chaque cellule. La rétine est également constituée à 90% de ces phospholipides particuliers.

Les phospholipides cérébraux

Il s’agit d’un groupe de lipides phosphorés dont la molécule est constituée de deux très longues chaînes d’acides gras polyinsaturés spécifiques du cerveau. Lors du processus de vieillissement on assiste à une dégradation et une altération de ces molécules fragiles qui sont en particulier attaquées par les radicaux libres oxydants. Or, un apport nutritionnel de phospholipides cérébraux extraits de poissons permet une régénération des membranes des cellules nerveuses avec une amélioration de tous les symptômes liés au vieillissement cérébral : mémoire, sommeil, humeur, baisse de l’acuité visuelle…

Action sur la fatigue et l’anxiété

Un très grand nombre d’études cliniques ont été réalisées mettant en évidence l’extraordinaire efficacité des phospholipides cérébraux dans les différents aspects de la fatigue nerveuse et des états anxio-dépressifs liés au vieillissement. Les premiers résultats vinrent de suisse (1) et de Belgique (2). Une étude ultérieure réalisée en France sur 844 sujets fait état d’une nette amélioration chez 85% des patients sur les critères de fatigue nerveuse, troubles du sommeil, manque de dynamisme et de vitalité, humeur dépressive.

Action sur le sommeil et la mémoire

L’altération du sommeil et de la mémoire sont les premiers signes du vieillissement et l’un et l’autre sont liés puisque c’est durant le sommeil naturel que la mémoire se fixe. C’est une équipe italienne qui, la première, mit en évidence l’importance des phospholipides cérébraux sur les capacités de mémorisation des souris (3). Ces résultats furent confirmés chez l’homme aussi bien chez l’enfant que chez les personnes âgées. Ainsi dans une étude en double aveugle contre placebo montrant une efficacité hautement significative l’auteur conclut. « .Au total les meilleures indications sont les troubles de la mémoire, de l’attention et de l’efficacité intellectuelle » (4)
Mais les résultats les plus célèbres ont été obtenus dans le sevrage progressif des tranquillisants et somnifères. L’administration de phospholipides cérébraux permet en moyenne d’obtenir un sevrage total ou partiel dans environ 8 cas sur 10 avec en même temps une amélioration nette du sommeil en qualité et quantité(5).
L’efficacité des phospholipides cérébraux sur le sommeil est due au fait qu’ils régulent la sécrétion de mélatonine par la glande pinéale comme il a été montré chez l’animal (6)

Action sur le vieillissement cérébral

Il a été démontré que lors du processus de vieillissement le taux de phospholipides cérébraux diminuait (7) et qu’en outre beaucoup de phospholipides membranaires étaient peroxydés ce qui altère le bon fonctionnement des neurones (8). Dans le même temps on assiste à une diminution des capacités de synthèse des phospholipides par l’organisme, ce qui suggère la nécessité d’un apport nutritionnel (9)
Dans une étude contrôlée chez 55 patients ayant des troubles circulatoires cérébraux, il a été administré 30mg par jour de phospholipides cérébraux pendant trois mois : on a observé une amélioration significative de la mémoire, de la fatigue mentale et de l’insomnie (10).
Dans une autre étude réalisée sur 61 sujets âgés il a été administré un complément nutritionnel associant phospholipides cérébraux, antioxydant naturel et huile de poisson pendant trois mois. Les expérimentateurs ont observés une amélioration nette dans 60 à 75% des cas sur les critères suivants : mémoire des évènements récents, stabilité émotionnelle, fatigue, vivacité d’esprit, anxiété, initiative et humeur dépressive (11).

Action sur la maladie d’Alzheimer

L’altération du métabolisme des phospholipides dans la maladie d’Alzheimer est connue depuis longtemps (12). Ceci a amené plusieurs chercheurs a tester l’efficacité d’un apport nutritionnel de phospholipides cérébraux chez des malades et ils ont obtenus des résultats tout à fait significatifs et encourageants dans différentes études en double aveugle contre placebo (13) (14).
Ces résultats ont le mérite de prouver l’extraordinaire efficacité des phospholipides cérébraux pour régénérer les neurones lors du vieillissement normal ou pathologique.

La découverte de l’importance d’un apport nutritionnel de phospholipides cérébraux pour lutter contre le vieillissement cérébral apparaît comme une des plus grande découverte dans le domaine de la médecine naturelle et confirmée par plus de trente études cliniques.

Remarque : les phospholipides spécifiques du cerveau sont présents dans les compléments alimentaires suivants : Lécibiol, Neurobiol, Alzhen et Rétibiol.

(1) H Feldmann Essai thérapeuthique d’un complexe de phospholipides cérébraux
Med et Hyg 1969, 27 ; 209-210
(2) W Cloetens Essai clinique d’un complexe de phospholipides cérébraux dans les syndromes d’ischémie cérébrale
Bruxelles Médical 1969, 8 ; 491-499
(3) L Valzelli Activity of phosphatidylserine on memory retrieval and on exploration in mice
Methods find Exp Clin Pharmacol 1987, 9, 657-660
(4) Prof Duriez Les phospholipides cérébraux dans les troubles de la sénescence.
Rapport d’essai- étude non publiée
(5) Dr Sagne Sevrage des tranquillisants et somnifères avec les phospholipides cérébraux
Cahiers de Biothérapie 1988, 99
(6) N Sarda Dietary phospholipids normalize urinary melatonin excretion
J of Nutrition 1999, 129(11), 2074-80
(7) Lipids, malnutrition and the developing brain
Elsever- 1972
(8) G.Calderini Phospholipids as pharmacological tools in the aging brain.
In “phospholipids in the nervous system”, 1985, vol.2 Raven Press, p.155-161
(9) JM Bourre Delta-6 desaturase in brain and liver during development and aging
Lipids, 1990, 25: 354-356
(10) R Bokonjic Brain phospholipids in treatment of neuro-vascular disease
Munch Media Woch 1973, 115,(41), 1807-11
(11) JM Morel Etude de l’efficacité de Lecitone Senior dans les troubles liés au vieillissement cérébral
Rapport d’essai- non publié
(12) G Zubenko Hippocampal membrane alteration in Alzheimer’s disease
Brain Research, 1986, 385; 115-121
(13) T Cenacchi Cognitive decline in the elderly: a double blind controlled multicenter study on efficacy of phosphatidylserine administration
Aging Clin Exp Res 1993, 5; 123-133
(14) R Engel Double blind cross over study of phosphatidylserine vs placebo in patients with early dementia of the Alzheimer’s disease
Eur Neuropsychopharm 1992, 2; 149-155
VN:F [1.9.22_1171]
Avis des internautes : 3.7/5 (3 votes)
Les phospholipides cérébraux : les aliments du cerveau, 3.7 out of 5 based on 3 ratings
Cet article a été publié dans Les rendez-vous santé de Chantal et Yves PONROY et tagué , , .