Ne jetez pas vos orchidées !

• Laisser un commentaire

Une fois fanées, bon nombre d’orchidées finissent à la poubelle car leurs propriétaires pensent qu’elles ne refleuriront plus jamais. Et pourtant, en continuant à les entretenir, il est très simple de les conserver plusieurs années et de les voir fleurir à nouveau. Voici quelques conseils faciles à appliquer pour prendre soin de vos orchidées Phalaenopsis, qui sont les plus cultivées et les plus communes dans nos intérieurs…

La Phalaenopsis ou « orchidée papillon » en bref

OrchidéesTout d’abord, il est nécessaire de comprendre comment se développe l’orchidée Phalaenopsis à l’état naturel. On la retrouve surtout en Asie tropicale où elle pousse à l’ombre de la canopée, accrochée aux arbres grâce à ses racines aériennes. Elle peut aussi pousser dans un sol très aéré tel que l’humus, ou bien entre des rochers, à proximité des ruisseaux.
Il s’agit d’une plante épiphyte, car elle se sert d’autres végétaux comme support. Elle est capable d’absorber l’humidité de l’air et de se nourrir des sels minéraux présents dans l’humus.
Dans le genre Phalaenopsis, il existe de nombreuses espèces dont la taille et la couleur sont plus variées les unes que les autres. On parle de plante monopodiale, car son feuillage se développe au cœur de l’ancien. La longue tige sur laquelle se développent les boutons floraux s’appelle la hampe.

Les 3 règles d’or au quotidien

Orchidées

Pour reproduire autant que possible ces conditions chez vous, tâchez de suivre ces 3 règles :
Lumière : choisissez un emplacement où l’orchidée bénéficiera d’une belle luminosité toute la journée, en évitant surtout le soleil direct qui brûlerait le feuillage. Même les racines apprécient la lumière, c’est pourquoi les pots des orchidées sont en plastique transparent. C’est aussi un moyen de vérifier l’état des racines aisément, en un seul coup d’œil. Et si vous utilisez un cache-pot, choisissez-en un de taille suffisamment généreuse, de sorte que les racines ne soient pas confinées dans le noir et que l’air circule.
Substrat : le mélange doit être léger et aéré. Il est donc idéalement composé de petites écorces de pin et de quelques billes d’argiles qui assureront un bon drainage, auxquelles on mélangera de la sphaigne. Il s’agit d’une mousse dont la capacité d’absorption et de rétention de l’eau est très grande. Elle peut, en effet, emmagasiner 20 fois son volume en eau ! La sphaigne est également antibactérienne, ce qui permet de protéger les racines contre la pourriture.
Arrosage : l’orchidée aime vivre dans un environnement dont le taux d’hygrométrie (humidité de l’air) est élevé. Ce critère est donc plus facilement respecté dans une salle de bain que dans un salon ! Vous pouvez alors, par exemple, placer le pot sur un lit de billes d’argile constamment humide. Une fois par semaine, immergez le pot dans une bassine remplie d’eau pendant 10 minutes environ, le temps que le substrat s’imprègne bien. Laissez ensuite le pot s’égoutter avant de le replacer dans le cache-pot. L’astuce pour adapter la fréquence de ce type d’arrosage consiste à observer les racines : bien vertes une fois hydratées, elles deviennent grises lorsqu’il est temps d’arroser. De mai à septembre, pensez à ajouter de l’engrais spécial orchidées qui assurera une bonne nutrition de la plante.

Que faire à la fin de la floraison ?

Ludo, le jardinierVous avez profité pendant plusieurs semaines des magnifiques fleurs de votre orchidée, et la dernière vient de tomber… Pas de panique, la Phalaenopsis peut fleurir jusqu’à 10 mois par an ! Quelques bons gestes l’aideront à produire une nouvelle hampe florale.

  • Etape 1 : Coupez la hampe entre le dernier nœud et l’emplacement de la première fleur. Il est possible qu’une nouvelle hampe se développe sur l’un des nœuds. Sinon, coupez-la lorsqu’elle aura séché.
  • Etape 2 : Vérifiez l’état des feuilles et retirez les plus anciennes, si elles ont séché.
  • Etape 3 : Vérifiez l’état des racines et du substrat. Il est peut-être nécessaire d’effectuer un rempotage, si le substrat est décomposé ou bien si le pot ne peut plus contenir les racines (en général, tous les 2 à 3 ans, de préférence au printemps). Dans ce cas, attendez que le substrat soit bien sec pour retirer l’orchidée de son pot.
    Nettoyez le système racinaire avec délicatesse, en coupant les racines sèches, abimées ou pourries à l’aide de ciseaux préalablement désinfectés.
    Préparez un nouveau substrat composé d’un mélange spécial orchidées additionné de sphaigne, que vous pouvez vous procurer dans les jardineries. Attention, un terreau ordinaire est à bannir sous peine de faire pourrir la plante ! Il est fréquent de réutiliser le même pot, car les orchidées apprécient les petits contenants. Mais s’il est trop petit, choisissez-en un légèrement plus grand, et toujours transparent.
    Remplissez-le à moitié, avec le nouveau substrat humidifié, positionnez l’orchidée au centre, puis complétez avec le reste du mélange en tassant très légèrement pour ne pas abîmer les racines.
    Enfin, tapotez le pot pour combler les espaces vides. L’opération est réussie si la plante reste en place, même en la soulevant par les feuilles.

L’orchidée Phalaenopsis est une plante épiphyte, car elle se sert d’autres végétaux comme support.

3 règles d’or pour reproduire les conditions de son environnement à l’état naturel :

  • Lumière : une belle luminosité toute la journée.
  • Substrat : le mélange doit être léger et aéré, idéalement composé de petites écorces de pin, de billes d’argile et de sphaigne.
  • Arrosage : une fois par semaine, immergez le pot dans une bassine remplie d’eau pendant 10 minutes environ. 

Que faire à la fin de la floraison ?

  • Vérifiez l’état des feuilles et retirez les plus anciennes, si elles ont séché.
  • Coupez la hampe entre le dernier nœud et l’emplacement de la première fleur.
  • Vérifiez l’état des racines et du substrat.
  • Rempotez la plante si le substrat est décomposé ou bien si le pot ne peut plus contenir les racines.
VN:F [1.9.22_1171]
Avis des internautes : 4.2/5 (5 votes)
Ne jetez pas vos orchidées !, 4.2 out of 5 based on 5 ratings
Cet article a été publié dans Jardinage et tagué , .

7 réponses à Ne jetez pas vos orchidées !

  1. VERMEERSCH dit :

    Je suis content que vous ayez pris l’initiative de créer un blog.
    J’y trouverais certainement des commentaires sur les sujets qui me concernent.

  2. VERMEERSCH dit :

    Bonjour,
    Lorsque je me couche, j’attrape mal au ventre, ce qui m’empêche de m’endormir tout de suite.
    Une coloscopie ne montre aucun problème.
    Dans la journée, aucune douleur.
    Quelqu’un a t-il le même souci ?
    A t-il trouvé un remède ?

  3. CARDEUR dit :

    Sur chacune des hampes de mon orchidée, une fois les fleurs tombées, sont apparues des « bébés » orchidée. Comment faire pour les séparer des hampes et les replanter?

  4. Ces « bébés orchidées » sont appelés « keikis ».
    Lorsqu’ils auront plusieurs racines d’au moins 3 cm de long, vous pourrez les séparer de la plante mère en coupant la hampe sur laquelle ils se sont développés. Puis placez ces nouveaux plants dans des pots transparents remplis d’un terreau spécial orchidée, et prenez-en soin comme nous l’avons expliqué. Quant à la plante mère, il est important de la rempoter et de lui donner de l’engrais afin de la requinquer.
    N’hésitez pas à partager des photos de vos orchidées afin que nous suivions leur évolution !

  5. Roulot Raymonde dit :

    Je ne pensais pas qu’il était possible de partager des photos!! comment faut-il s’y prendre?
    Merci.

  6. Roulot Raymonde dit :

    Longtemps je me suis demandée ce qu’était ce papillon battant des ailes à la façon d’un colibri…
    et plongeant sa longue trompe dans la corolle des fleurs pour y puiser le nectar…
    Au hasard d’une lecture j’ai pu l’identifier : il s’agit du MORO-SPHYNX

  7. Roulot Raymonde dit :

    Au jardin, les taupes sont les mal-aimées, tout est fait pour les exterminer : pièges, naphtaline, explosif, certains vont même jusqu’à les guetter avec une pioche !…ces pauvres bêtes sont pourtant très utiles: elles détruisent les vers blancs (larve du hanneton) qui coupent le pied de nos salades et le taupin qui perce nos pommes-de-terre… avec elles, inutile de traiter le sol…
    il est faux de dire qu’elles font des dégâts… une salade un peu soulevée? on tasse un peu la terre et ni vu, ni connu !! En ce qui concerne la pelouse : on récupère cette terre si fine, si belle, qu’on met là où il en manque…
    Dans mon jardin, j’interdis à quiconque de toucher à « ma » taupe !!

Les commentaires sont fermés.