Comment développer sa mémoire !

• Laisser un commentaire

Dans le cadre scolaire et universitaire, la mémoire joue un rôle essentiel. Elle s’y développe et emmagasine un nombre impressionnant d’informations nouvelles. Une bonne mémoire est le gage d’un meilleur apprentissage et souvent d’une meilleure réussite. Il est donc intéressant de se pencher sur la mémoire pour savoir si des moyens existent pour l’améliorer.

Le cerveau, siège de la mémoire

CerveauLe cerveau est constitué de milliards de cellules nerveuses (86 à 100 milliards à la naissance) dénommées neurones. Ces derniers sont regroupés en colonie et sont interconnectés, entre eux, par des synapses. C’est par les synapses que s’effectue le transfert d’information d’un neurone à l’autre. On évalue à 10 000 en moyenne, le nombre de synapses (points de contact) par neurone. Ce sont donc quelques cent mille milliards d’interconnexions qui coordonnent l’activité cérébrale et qui régulent les transferts d’informations dans le cerveau. Plus ce réseau d’interconnexions est étendu, plus nos capacités de mémorisation sont importantes.

Chaque souvenir est un itinéraire bien spécifique qui connecte, entre eux, une dizaine de milliers de neurones. Cet itinéraire est tracé par des signaux électriques. Pour mémoriser un souvenir (événement, information, expérience…), il faut qu’une trace de cet itinéraire s’imprime dans la mémoire. À ce niveau, deux facteurs entrent en jeu :

  • la charge émotionnelle. On mémorise mieux ce qui est chargé d’émotion et plus la charge émotionnelle est forte, plus le souvenir sera ancré dans la mémoire ;
  • la répétition consciente, mais aussi la répétition inconsciente -la nuit pendant le sommeil- car les réseaux de neurones qui ont été activés pendant l’événement sont réactivés. À chaque passage de l’influx nerveux, le signal va creuser sa trace et, en parallèle, développer de nouvelles synapses, comme si le cerveau renforçait l’armature du souvenir.

La maturation cérébrale

Le réseau de communication inter-neurones se met en place progressivement au cours de la vie fœtale et durant l’enfance, lors du processus de maturation cérébrale.

Chez l’enfant, dans les premières années de sa vie, la maturation cérébrale consiste à fabriquer des synapses, à en augmenter le nombre. Une alimentation équilibrée, riche en acides gras essentiels et en phosphore, est essentielle à la fabrication de ces synapses et à la construction de son cerveau, de son intelligence. A contrario, des carences chez les enfants peuvent avoir des répercussions sur son développement et provoquer retards scolaires et difficultés de mémorisation et de concentration.

Pour développer le réseau de neurones et de synapses, il convient de stimuler l’enfant. Les meilleurs stimulants de la mémoire sont la motivation et l’émotion. Nous retenons plus facilement ce que nous aimons et ce qui nous intéresse, ou encore ce qui nous émeut.

Chez les bébés et les jeunes enfants, le sommeil et le respect des rythmes du sommeil et de la durée du sommeil sont également très importants pour développer les synapses. Le sommeil fait, en effet, partie intégrante du processus de mémorisation. Il permet d’imprimer les connaissances acquises au cours de la journée. Il permet aussi de régénérer les cellules nerveuses.

Le travail de la mémoire

  • Femme lectureLa lecture est une excellente nourriture cérébrale qui met en œuvre les meilleures facultés intellectuelles : concentration, mémoire, attention active, créativité, compréhension.
  • Pour faciliter la mémorisation, le calme et le silence sont à privilégier. La concentration et l’attention, terreau de la mémorisation, sont également essentielles pour bien apprendre.
  • De même, on retient mieux le matin, après une bonne nuit de sommeil, lorsque le cerveau est reposé et que les cellules nerveuses sont régénérées. Cependant, il est important de revoir rapidement le soir ce que l’on a appris pendant la journée car c’est la nuit, durant la phase du sommeil paradoxal, que la mémoire se fixe et s’imprime. Le subconscient fait alors un travail de classement, de décantation et d’enregistrement.
  • Il y a aussi un « art d’apprendre ». Pour retenir un texte, il est préférable de laisser un intervalle entre chaque lecture plutôt que de le répéter plusieurs fois d’affilée. À cette règle de base, suivant que sa mémoire est visuelle ou auditive, chacun s’appliquera à structurer le texte en surlignant certains passages, ou plutôt, à lire à haute voix.

Les aliments de la mémoire

Le carburant de base des neurones est le glucose qui doit être apporté en quantité suffisante mais pas en excès.

Les cellules nerveuses sont également grosses consommatrices d’oxygène. Les exercices respiratoires stimulent donc la mémoire. Il est important aussi de bien aérer les pièces dans lesquelles on travaille.

Les vitamines B et PP, le calcium et certains oligo-éléments permettent un meilleur équilibre métabolique.

La vitamine E protège les neurones de l’oxydation et donc du vieillissement.

Des acides gras et lipides complexes sont également essentiels au développement cérébral et tout particulièrement à la qualité des membranes neuronales.

Le prodige de la mémoire est la capacité qu’elle a d’enrichir notre base de données de connaissances et d’expérience, en augmentant la densité du réseau d’interconnexions. Cette souplesse, cette plasticité du cerveau n’est pas seulement l’apanage de la jeunesse ; elle demeure avec l’âge. Il est donc essentiel d’entretenir sa mémoire en faisant travailler son cerveau, et ceci, à tous les âges de la vie, car un cerveau sous-employé s’anémie.

VN:F [1.9.22_1171]
Avis des internautes : 1.0/5 (1 vote)
Comment développer sa mémoire !, 1.0 out of 5 based on 1 rating
Cet article a été publié dans Santé, Beauté et Bien-Être et tagué , .

Une réponse à Comment développer sa mémoire !

  1. Roulot Raymonde dit :

    En ce qui concerne le calcium, il y a un paradoxe qui m’a toujours intriguée…si elle est justifiée, une petite complémentation en calcium, en cas de nervosité, est bénéfique, mais une trop grande quantité peut faire l’effet inverse…Personnellement je n’ai jamais pu appliquer la prescription de mon « rhumato » : 500gr par jour me font perdre le sommeil, 1000gr on n’en parle pas….alors je me cantonne à trouver ce qu’il faut dans la nourriture….idem pour la vit.D : une dose à prendre mensuellement me déclenche une forte poussée de tension….je me rabats sur l’huile de foie de morue!! nous avons tous des réactions bien différentes….Merci pour votre attention.

Les commentaires sont fermés.